Comment ne pas aimer la Californie ? Après plusieurs séjours dans cet région, j’en reviens toujours plus enthousiaste, plus désireuse d’y retourner.  Revoir mais aussi découvrir ce qu’on a manqué la fois précédente. L’œil du photographe ne se lasse pas de ces paysages, tant cette région est vaste, immensément riche en visions surprenantes, inattendues ; tant les paysages nous éblouissent par leur beauté souveraine. Dans le désert californien, protégé comme tous les autres parcs nationaux, on rencontre une variété étonnante de végétation et de roches erratiques, posées sur une terre tantôt ocre, tantôt rouge. Le ciel peut être serein, d’un bleu d’acier  mais peut aussi se transformer en  une violente armée de nuages.

Californie - Artiste Evelyne Tschirhart

On se sent frêle, face à ces paysages grandioses de  roches,  d’éboulis de pierres qui sculptent des personnages étranges, hiératiques, figés dans un silence que rien ne vient jamais briser. Et puis il  y a les oasis d’eau et de verdure avec les grands palmiers serrés presqu’entrelacées, dans les feuillages desquels la lumière s’insinue et dont l’écorce sèche  se délite en lambeaux qui font penser à des ossements. Ce que voit le photographe c’est toujours autre chose que ce que la nature donne à voir. Et c’est sa vision des choses qu’il fait partager.

 Pour moi, cette région, comme l’Arizona, le Colorado ou l’Utah sont une source inépuisable d’images photographiques mais aussi de peintures (voir celle qui représente Monument Valley et qui fait partie d’une série de douze toiles sur le même sujet.

Vous pouvez les voir sur mon site tschirh-art.com.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.